SANS FRAIS 1 877-777-6412

Événements de septembre 2020

L’été est derrière nous et on attaque la rentrée en feu! 🔥 (et on espère que vous aussi)

La pandémie aura eu une grosse incidence sur notre vie personnelle mais aussi professionnelle.

Une grande partie d’entre nous s’est retrouvée en télétravail du jour au lendemain sans y avoir forcément été préparée.

Les choses reviennent tranquillement à la normale et certains retournent au bureau. Mais après ce télétravail forcé, beaucoup d’entreprises et de personnes ont été séduites par la formule télétravail et vont la poursuivre même après la pandémie.

Pas forcément à temps plein, mais je pense ne pas trop m’avancer en disant qu’on aimerait tous pouvoir rester chez soi en cas de tempête hivernale ou quand on attend une livraison (promise entre 8h et 16h…).

Bien qu’il ait de très nombreux avantages, il y a toujours 2 côtés à une médaille. Ce nouveau modus operandi offre également son lot de défis.

C’est un événement gratuit et plusieurs professionnels vont donner des conférences pour vous aider à vivre votre télétravail le mieux possible : Conciliation vie pro/perso, santé, etc.

Et bien sûr, il y a un volet cybersécurité!

Jean-Philippe va donner plusieurs conférences le mercredi 16 septembre en matinée :

Vous pouvez écouter celle qui vous intéresse ou les 3.

Vous aimez ça le télétravail, mais votre patron préférerait vous voir retourner au bureau?

D’après une étude, 44% des PME canadiennes qui pensent arrêter le télétravail le font en raison des risques associés à la cybersécurité et la protection des données.

Parlez-lui de l’événement et ça va peut-être l’aider à changer d’idée 😉

Toutes les informations et inscriptions ici:

« La pandémie de la Covid-19 aura mis à jour la nécessité, pour nos entreprises, d’accélérer leur virage numérique. Mais qui dit numérisation des opérations, dit également nouveaux risques juridiques, notamment en matière de protection des données et de cybersécurité. »

Votre entreprise récolte-t-elle des données personnelles ou a-t-elle pris un virage numérique?

Si oui, vous devez savoir savoir que votre entreprise a beaucoup d’obligations légales en la matière.

Nous sommes experts en cybersécurité, mais pas juristes. Chacun son expertise.

Vanessa Deschênes de Robic donne une conférence gratuite le mercredi 9 septembre prochain à midi sur le sujet.

Elle va aborder « les enjeux juridiques soulevés par la présence grandissante des technologies de l’information et des communications. Nous ferons un survol de la législation applicable au Québec, au Canada et sur le plan international, et nous vous ferons part des bonnes pratiques à adopter afin de respecter vos obligations légales et mitiger vos risques. »

En tout cas, notre équipe va y assister avec beaucoup d’intérêt et je pense que toutes les entreprises auraient intérêt à inscrire quelqu’un à cette webconférence.

Pour plus d’informations et inscription:

Pourquoi le RGPD (ou GDPR) me concerne en tant qu’entreprise canadienne ?

GDPR RGPD

Depuis quelques semaines, vous avez sûrement vu passer des publications au sujet du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD ou GDPR en anglais). Le RGPD entrera en application le 25 mai 2018 et vise à harmoniser les règles en matière de protection des données à caractère personnel au sein de l’Union européenne.

Mais alors, en quoi cela vous concerne-t-il ? Vous êtes une entreprise canadienne et vous croyez que ce RGPD ne s’applique qu’aux entreprises européennes ? Détrompez-vous ! L’une des principales caractéristiques de cette réglementation est son champ d’application allant au-delà des frontières de l’Union européenne.

Comme la législation est toujours un peu complexe à comprendre, surtout lorsque celle-ci a été élaborée dans un autre continent que le nôtre, nous avons décidé de poser quelques questions directement à une citoyenne de l’Union européenne, Mélanie Gagnon !

Mélanie a fondé son entreprise en protection des données et sécurité de l’information, MGSI, au Luxembourg, après avoir travaillé plusieurs années dans le domaine au Québec. Elle connaît donc très bien les deux continents et peut comprendre les impacts réels du RGPD sur les entreprises canadiennes.

À qui s’applique ce règlement et pourquoi des entreprises canadiennes peuvent-elles être visées ?

Le règlement s’applique aux données à caractère personnel relatives à des individus qui se trouvent sur le territoire de l’Union européenne. Il peut s’appliquer à une société qui n’a pas de siège en Europe, mais qui offre des biens ou services à des personnes dans l’Union ou qui suit le comportement de ces personnes (par exemple, profilage en ligne des sites Web consultés).

Donc même si vous n’avez pas de bureau dans un pays d’Union européenne, mais que vous y vendez des services ou produits, vous serez concernés !

Petite parenthèse : Qu’est-ce qu’une donnée à caractère personnel dans le cadre du RGPD ?

Une donnée à caractère personnel est définie comme toute information, quels que soient sa nature et son support, se rapportant à une personne physique identifiée ou identifiable, directement ou indirectement (nom, prénom, historique de navigation). Même les adresses IP ou les cookies (témoins de connexion) sont concernés. Ce sont des informations que presque toutes les entreprises récoltent dès qu’elles ont un site Web.

Concrètement, cela veut dire quoi ? Dans quel contexte une compagnie canadienne peut-elle être concernée ?

Je peux vous donner quelques exemples :

  • Est-ce que votre société permet à des personnes dans l’Union d’acheter des produits et services en ligne ? Par exemple, la loi concerne une société canadienne spécialisée dans la vente de chaussures si celle-ci permet à des clients situés en Espagne, en Allemagne ou en France de les commander et de se les faire livrer dans l’un de ces pays.
  • Est-ce que vous avez (ou prévoyez) développer une application traitant des données à caractère personnel disponible pour le marché européen ? Ainsi, une plateforme de streaming de musique canadienne qui analyse les goûts musicaux de ses utilisateurs situés au Luxembourg, en Belgique ou aux Pays-Bas sera certainement soumise aux obligations du RGPD.

Si une entreprise s’est reconnue dans un de ces exemples, quels sont les impacts à partir de là ?

Si votre société est soumise au RGPD, cela a de nombreux impacts à ne pas négliger. Notamment :

Obligation de la protection des données dès la conception (et par défaut) : De manière plus générale, les entreprises canadiennes ciblant des Européens devront prendre en compte les règles et principes de protection des données du RGPD dès la mise en œuvre de nouveaux traitements. Elles devront en conséquence documenter cette mise en conformité, en tenant par exemple un registre de traitement et en désignant un DPO, pilote de cette démarche.

Le DPO, pour « Data Protection Officer », est une personne responsable de la protection des données personnelles traitées par un organisme (administration, entreprise…). Ce texte rend sa désignation obligatoire pour un grand nombre de responsables de traitement de données personnelles.

Obligation de la nomination d’un représentant : Une société canadienne se trouvant dans l’obligation de se conformer au RGPD est tenue de désigner un représentant au sein de l’Union européenne. Ce représentant est amené à être le point de contact des autorités de contrôle et des individus.

Obligation de permettre l’exercice des droits des individus : Des mesures doivent être prises par les sociétés canadiennes afin de permettre aux individus d’exercer leurs droits : notamment les droits d’accès, de rectification et d’effacement de leurs données.

Sanctions en cas de non-respect de l’obligation de notification des violations de données: Les sanctions peuvent atteindre jusqu’à 4 % du chiffre d’affaires annuel mondial ou 20 millions d’euros, selon le plus élevé, mais il ne faut pas oublier que les autorités de contrôle peuvent également imposer des mesures correctrices, par exemple, ordonner la rectification ou l’effacement de données à caractère personnel ou la limitation du traitement.

À partir du 25 mai 2018, toutes les entreprises canadiennes qui souhaitent maintenir leurs relations commerciales avec le marché européen devront se conformer au RGPD ! Une non-conformité pourra se traduire par de lourdes amendes administratives, ou par l’injonction de cesser d’offrir vos produits et services en Union européenne.

Finalement, vous pensez que le RGPD vous concerne ? Vous ne savez pas trop comment aborder les prochaines étapes pour y être conforme ? Pas de panique ! Mélanie Gagnon et CyberSwat s’unissent pour vous proposer une demi-journée de formation, dédiée aux entrepreneurs et dirigeants de PME qui font affaire avec l’Union européenne.

Le 12 juillet à Québec, nous vous donnerons des outils précis pour vous aider à mieux comprendre le règlement, puis à devenir conforme, en nous basant sur votre situation actuelle. Ne manquez pas cette formation unique et concrète !

SVP, remplir le formulaire ci-dessous si vous souhaitez participer.

Comment protéger mes informations envoyées par courriel?

Comme tout le monde, chaque jour, vous envoyez de nombreuses informations par courriel. Celles-ci sont parfois un peu anodines, mais bien souvent, elles sont essentielles pour vos affaires. Or, est-ce que vous vous êtes déjà demandé si le courriel était un canal sécuritaire à utiliser pour les envoyer?

Les risques liés à l’envoi d’informations sensibles par courriel

Il est très facile de se tromper de destinataire en envoyant un courriel. De plus vous n’avez aucun contrôle sur ce qui se passera avec votre courriel après que vous l’ayez envoyé; votre destinataire peut très bien le transférer à tous ses contacts. Enfin, une personne malveillante pourrait l’intercepter lors de son envoi sur le web (ex. depuis le réseau sans-fil du Starbucks de votre destinataire).

Les impacts suite à la divulgation d’informations sensibles par courriel

Perte de crédibilité

Par exemple, vous êtes un courtier en assurance et vous envoyez par erreur un courriel à l’un de vos nouveaux clients (François), qui pourtant était destiné à un autre de vos clients (Jean). Dans ce courriel, on y trouve de nombreuses informations concernant la police d’assurance de Jean, tel que les réponses sur son état de santé. François se rend compte que vous n’êtes pas consciencieux dans la protection des dossiers de vos clients et perd confiance en vous. Après avoir discuté de cet incident avec ses collègues, François décidera finalement de ne pas renouveler son contrat avec vous l’année prochaine.

De plus, une autre question se pose ; devriez-vous notifier Jean de cet incident? Qu’en pensera-t-il?

Vol d’identité

Vous envoyez les renseignements personnels de vos nouveaux employés à votre firme d’assurances collectives et une personne malveillante intercepte le courriel. Il a en main toutes les données nécessaires pour frauder l’identité de vos employés. Finalement, le fraudeur s’est procuré une carte de crédit, fait des achats en ligne, en plus de réaliser un prêt dans une caisse Desjardins… tout ça à leur nom!

Alors, comment s’y retrouver lorsque vous désirez envoyer des informations par courriel?

Lorsqu’il est question de bonnes pratiques en sécurité, il y a une règle très simple à respecter : ne transmettez jamais de renseignements personnels ou confidentiels dans le corps d’un courriel. Il n’est pas un mode de transmission sécuritaire. Assurez-vous plutôt d’intégrer les renseignements sensibles à envoyer dans un document à part, de le déposer dans un portail que seul votre client peut accéder, ou encore de chiffrer le document avec un mot de passe adéquat.

Ainsi, vous pouvez tout d’abord vous demander avant l’envoi de tout courriel si la divulgation non autorisée des renseignements contenus dans le message pourrait causer des dommages sérieux à votre entreprise, vos clients ou vos partenaires. Dans le doute, il est préférable d’appliquer les mêmes règles que si vous aviez répondu oui à la question.

Cependant, comme ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver, voici une liste non exhaustive de renseignements qu’on ne devrait jamais envoyer sans protection par courriel.

Les renseignements personnels

  • Un nom associé à une date de naissance, une adresse civique, un numéro de compte bancaire ou encore un numéro de permis de conduire
  • Les renseignements contenus dans un passeport
  • Un numéro d’assurance sociale

Les renseignements confidentiels

  • Les informations liées à un contrat
  • Description détaillée d’un procédé de fabrication
  • Stratégie commerciale de développement de l’entreprise

 

L’importance de sensibiliser ses employés aux risques des courriels

Vous êtes maintenant au courant des bonnes pratiques en sécurité et vous devriez être en mesure de mieux protéger vos renseignements personnels et confidentiels! Mais qu’en est-il de vos employés? Êtes-vous certains qu’ils sont sensibilisés à tous les risques? Vos employés ont accès à nombreuses données et doivent les manipuler chaque jour. Il est essentiel qu’ils soient sensibilisés autant que vous aux risques qu’il en découle.

Le Groupe CyberSwat a lancé un programme de prévention en cybersécurité qui aide les PME québécoises à mieux se protéger contre ce type de risque. Nous mettons notamment à votre disposition un programme de sensibilisation à la sécurité et des outils vous permettant de calculer le niveau de risque que représentent vos employés.

Tendance : votre vie privée contre une participation à un concours!

 Êtes-vous prêt à mettre en péril la protection de votre vie privée pour gagner un simple concours?
Ce qui devait arriver arriva : plus que jamais, VOUS êtes le produit! L’ère des témoins de connexion (cookies) et de l’analyse du trafic Web grâce à Google Analytics est révolue. Un nouveau sommet a maintenant été atteint avec un concours organisé par l’entreprise d’agrégation de voyages Momondo. Cette société, basée au Danemark, a en effet lancé un concours qui pourrait vous permettre de voyager dans tous les pays associés à votre patrimoine génétique.« Hein? Comment vont-ils savoir d’où je viens? », vous demandez-vous. Rien de plus simple : on vous livrera une trousse permettant de recueillir votre ADN et de l’analyser. On vous communiquera ensuite la liste des pays associés à votre patrimoine génétique!

Des vidéos émouvantes, mais…

La campagne est tout de même bien faite. Les vidéos sont émouvantes, voire inspirantes, et elles invitent à l’inclusion. Après tout, nous sommes des citoyens du monde! Néanmoins, nous pouvons nous demander comment notre patrimoine génétique et ses résultats d’analyse pourront être utilisés par ce tiers. De plus, savons-nous comment ces informations sont protégées?

Heureusement, les conditions d’utilisation du concours (attention – elles sont très difficiles à lire) précisent que Momondo n’aura pas directement accès à votre ADN. La société fait plutôt affaire avec un laboratoire médical américain appelé Ancestry International DNA, LLC. Ancestry possède également ses propres conditions d’utilisation et informe ses utilisateurs du fait que les échantillons d’ADN et les résultats d’analyse pourraient voyager aux États-Unis et en Irlande. Bien que nous aurions souhaité en savoir plus sur les moyens de cyberprotection mis en place pour protéger vos informations, ces éléments ne semblent pas clairement définis dans les conditions d’utilisation de l’une ou l’autre des entreprises.

Pourquoi se préoccuper de la protection de sa vie privée?

DNA-ADN

Dans ce cas précis, il n’y a peut-être pas lieu de s’inquiéter. Il est possible que toutes les informations seront manipulées adéquatement et qu’il n’y aura pas de fuite de données. Mais voulons-nous vraiment fournir à un tiers ces informations contre le simple fait d’avoir une chance de gagner un concours? Qu’arrivera-t-il si, un jour, vous partagez votre patrimoine génétique dans le cadre d’un autre concours et qu’une fuite d’information survient? Qui sait ce qu’un gouvernement, une entreprise ou un individu mal intentionné pourra faire avec de telles informations?

En technologie, on utilise le terme « vulnérabilité » pour nommer une faille que des pirates informatiques ont trouvée dans un logiciel. Ceux-ci se dépêchent alors d’exploiter cette vulnérabilité, et le fournisseur du logiciel doit fabriquer une rustine afin de réparer la faille et de la distribuer à ses clients. Notre patrimoine génétique contient-il des vulnérabilités qui pourraient être exploitées par quelqu’un d’autre? Comment pourrons-nous nous protéger contre ces vulnérabilités? En technologie, on peut mettre à jour les systèmes, retirer les accès et changer les mots de passe : la chose n’est pas si simple avec notre ADN!

Alors, désirez-vous toujours participer à ce concours? 😉

Nous vous invitons à commenter cet article sur Twitter, Facebook ou Linkedin.

Mobilité : nouveaux défis et nouvelles possibilités pour les organisations

 À l’heure de la mobilité et à une époque où la démarcation entre la vie personnelle et la vie professionnelle s’estompe de plus en plus, le commissaire à la protection de la vie privée du Canada ainsi que les commissaires à l’information et à la protection de la vie privée de la Colombie-Britannique et de l’Alberta ont récemment publié des lignes directrices conjointes pour aider les organisations à : i) réduire les risques d’atteinte à la vie privée dans le cadre de l’accès aux données de l’employeur au moyen des appareils personnels des employés; et ii) protéger le droit à la vie privée des employés relativement aux renseignements personnels stockés sur des appareils personnels des employés.

Ces lignes directrices s’appliquent à tous les types d’appareils personnels d’employés, c’est-à-dire à l’ensemble des ordinateurs de bureau et des appareils mobiles, comme les téléphones intelligents, les tablettes et les ordinateurs portables, qui sont utilisés pour accéder aux données, aux courriels, aux communications, aux applications de même qu’aux autres processus et renseignements d’une organisation, et ont pour objectif d’aborder les questions liées : i) à l’évaluation des risques; ii) aux utilisations acceptables des appareils personnels des employés; iii) à la surveillance et à la gestion des applications exercées par une organisation; iv) au partage des appareils personnels des employés; v) à la connexion aux serveurs d’une organisation; vi) à la responsabilité à l’égard des caractéristiques de sécurité; vii) aux mises à jour des logiciels; et viii) aux forfaits voix et aux forfaits données.

De plus, les lignes directrices insistent sur le fait que les programmes « Apportez votre propre appareil » des organisations devraient prévoir des restrictions : i) aux services d’infonuagique; ii) aux appareils et aux systèmes d’exploitation; et iii) aux renseignements qui peuvent ou qui ne peuvent pas être stockés sur les appareils personnels des employés. Dans un même ordre d’idées, les lignes directrices soulignent que ces programmes devraient aborder un certain nombre de questions, notamment : a) les responsabilités de l’utilisateur; b) les utilisations acceptables et non acceptables des appareils personnels des employés; c) les exigences relatives à l’accès et à la sécurité; et d) le partage des appareils avec des parents ou des amis.

Enfin, les lignes directrices mentionnent que même si les programmes « Apportez votre propre appareil » peuvent s’inscrire dans le cadre d’une stratégie de réduction des coûts d’une organisation, l’utilisation d’appareils personnels des employés à la fois à des fins personnelles et professionnelles peut comporter des risques en matière de vie privée et de sécurité qui pourraient avoir des répercussions tant sur les renseignements personnels que sur les renseignements d’une organisation.

Par conséquent, outre ce qui précède, les lignes directrices présentent une série de mesures à étudier, notamment : i) mettre en oeuvre un logiciel de gestion des appareils mobiles qui vise à gérer les appareils personnels des employés qui se connectent au réseau de l’organisation et mettre en place des mesures d’authentification adéquates; ii) conclure, avec chaque propriétaire d’un appareil personnel utilisé à des fins professionnelles, une entente qui énonce les activités d’administration que l’organisation peut exécuter sur les appareils personnels des employés; iii) segmenter les appareils personnels des employés en deux compartiments; iv) mettre en application des procédures sur le chiffrement, le stockage et la conservation; v) se pencher sur les vulnérabilités et la protection contre les maliciels; et vi) donner une formation appropriée à l’ensemble des professionnels des technologies de l’information et des utilisateurs.

Auteurs: Véronique Barry, Kateri-Anne Grenier, Norton Rose Fulbright

Article original 

Personnes-ressources

  • Christine A. Carron, Ad. E., Montréal
  • Kateri-Anne Grenier, Québec
  • Steve J. Tenai, Toronto
  • Anthony (Tony) Morris, Calgary

Parler maintenant ou se taire à jamais!

 Les consultations sur la réglementation des avis d’atteintes aux mesures de sécurité en vertu de la LPRPDE sont maintenant en cours.

En juin 2015, le Parlement du Canada a adopté la Loi sur la protection des renseignements personnels numériques (Loi) qui modifie la LPRPDE afin de prévoir la déclaration obligatoire des atteintes aux mesures de sécurité au commissaire à la protection de la vie privée et aux personnes touchées dans des circonstances très proches de celles que prévoit la Personal Information Protection Act de l’Alberta. Cependant, les exigences de déclaration n’entreront pas en vigueur tant que le règlement concernant les détails de l’avis n’a pas été édicté.

C’est donc maintenant que vous devez participer à l’élaboration du règlement qui définira vos obligations à l’avenir.

Rappelons que la Loi exige la déclaration d’une atteinte aux mesures de sécurité lorsqu’il est raisonnable, dans les circonstances, de croire que celle-ci crée un risque réel de préjudice grave. Elle prévoit trois critères dont il faut tenir compte pour déterminer la réponse à cette question.

Les parties prenantes se verront poser quelque 26 questions sur une variété de sujets, notamment si les critères visant la déclaration des atteintes aux mesures de sécurité doivent être précisés davantage, si le contenu de l’avis devrait être prévu et si les détails de toute violation devraient être conservés – même dans le cas d’une violation ne répondant pas aux critères relatifs à l’avis obligatoire – et ce, pendant combien de temps.

Préserver la flexibilité de la déclaration

En vertu de la Loi et de la législation albertaine, les entreprises disposent actuellement d’une latitude considérable quant aux moyens de communiquer l’information relative à une atteinte aux mesures de sécurité (courriel, en personne, poste) et au contenu de cette communication à l’intention des personnes touchées, pourvu que l’avis soit suffisamment détaillé pour permettre à celles-ci d’atténuer le préjudice qu’elles subissent. Cette souplesse a été bien utile aux entreprises dans le cadre des violations visées par la législation albertaine; si les parties prenantes estiment qu’il faut la préserver, elles doivent se prononcer maintenant.

Il serait également utile de fournir des commentaires sur les propositions concernant l’envoi de l’avis de l’atteinte aux mesures de sécurité aux tiers qui sont en mesure d’atténuer le risque de préjudice.

Des ajustements pour certains secteurs sont possibles

Le règlement qui sera adopté pourrait avoir une incidence sur l’ensemble des entreprises canadiennes. Comme le gouvernement a indiqué qu’il était disposé à moduler certaines dispositions du règlement pour répondre aux besoins spécifiques des entreprises de certains secteurs, il est important que ces entreprises fassent part de leurs besoins dès maintenant.

Cette première période de consultation se termine à la fin du mois de mai. Par la suite, le gouvernement publiera un projet de règlement et sollicitera d’autres commentaires du public. Cependant, il est toujours préférable de s’impliquer dans l’élaboration du règlement avant sa publication que de tenter de le faire modifier après sa rédaction.

Auteur: Christine A. Carron, Ad. E, Norton Rose Fulbright

Article original 

Personnes-ressources

  • Christine A. Carron, Ad. E., Montréal
  • Kateri-Anne Grenier, Québec
  • Steve J. Tenai, Toronto
  • Anthony (Tony) Morris, Calgary

SANS FRAIS 1 877-777-6412

Assurance en cyberrisque

Vous êtes courtier en assurance et la cybersécurité est l’une de vos préoccupations? Vous cherchez à mieux comprendre les enjeux de sécurité de vos clients afin de mieux les conseiller? Nous pouvons :

Si vous avez une entente avec nous :

Gestion d'incidents de sécurité

Vous voulez être prêt en cas d’incident de sécurité dans votre entreprise? Vous cherchez un accompagnement dans la mise en place d’un plan de gestion d’incident afin d’en minimiser au maximum les conséquences? Nous pouvons :

Pour nos clients avec contrat de service:

Assurance en cyberrisque

Vous êtes courtier en assurance et la cybersécurité est l’une de vos préoccupations? Nous vous aidons à comprendre tous les enjeux de sécurité chez vos clients pour que vous puissiez leur offrir le meilleur service possible.

Client :

Courtier :

Sécurité des services infonuagiques

Ne prenez pas à la légère les enjeux de sécurité du Cloud! Avec nous, vous bénéficierez de la souplesse du Cloud tout en diminuant les risques. Vous et vos clients serez rassurés de savoir vos données en sécurité.

Gouvernance de la sécurité

La sécurité informatique doit faire partie des préoccupations de la direction de votre entreprise. La mise en place d’une politique de sécurité et de la catégorisation des actifs sont notamment des éléments importants d’une stratégie efficace en cybersécurité.

Sensibilisation à la sécurité

Saviez-vous que l’hameçonnage est le vecteur n°1 pour réaliser des fraudes dans les entreprises? Diminuez les risques d’être victime d’incidents de cybersécurité grâce à nos ateliers de sensibilisation spécialement conçus pour vos employés.

Nous mettons toujours l’accent sur la vulgarisation des concepts et des enjeux de sécurité

Service-conseil en cybersécurité

Votre entreprise recherche un accompagnement à plein temps pour la gestion de la cybersécurité? Faites appel à nous! L’un de nos précieux talents se fera un plaisir de venir travailler dans votre entreprise au quotidien.

Notre équipe est composée de conseillers en architecture de sécurité, d’analystes en sécurité, de conseillers en gouvernance, de spécialiste en Gestion des Identités et des Accès, de spécialiste en test d’intrusions, etc.

Sécurité des services infonuagiques

Ne prenez pas à la légère les enjeux de sécurité du Cloud! Avec nous, vous bénéficierez de la souplesse du Cloud tout en diminuant les risques. Vous et vos clients serez rassurés de savoir vos données en sécurité.

Évaluez les risques de votre entreprise

Protégez vos données les plus importantes et épargnez les coûts d’un incident de sécurité. Cyberswat vous aide à identifier les situations à risque et vous donne des recommandations concrètes et faciles à mettre en place.